CHERCHER >>
 

   
 
> Présentation
Présentation


L’Observatoire des Résidus de Pesticides (ORP) a pour objectif  de « mettre en place une base de données des normes réglementaires publiques, des résultats des actions de contrôles et du suivi des actions de progrès mises en place suite à ces résultats ».

Par note du 27 novembre 2003, les directeurs de cabinet des ministères chargés de la santé, de l'agriculture, de la consommation et de l'environnement, ont confié à l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (Afssa), à l'Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale (Afsse) et à l'Institut Français de l’Environnement (Ifen) une première mission de structuration de l'Observatoire des Résidus de Pesticides. Ce courrier fondateur précise également que les missions de l’ORP viseront principalement à :


rassembler, en vue de leur valorisation, les informations et résultats des contrôles et mesures de résidus de pesticides dans différents milieux et produits consommés par l’homme,


organiser l'exploitation des données existantes pour estimer les niveaux d’exposition des populations aux pesticides,

 
identifier les actions de progrès pouvant être mises en place sur les systèmes d’information et notamment la nature et le format des données collectées.

 

 Au terme du Grenelle de l'environnement, le Gouvernement a décidé de réduire de moitié l'usage des pesticides d'ici 10 ans, et de supprimer progressivement les molécules les plus dangereuses du marché. C'est l'objet du plan Ecophyto 2018, présenté par le Ministre de l'agriculture et de la pêche, Michel Barnier, le 10 septembre 2008 au conseil des Ministres. 

 

Ainsi dans le cadre de ce plan Ecophyto 2018,  l'Observatoire des résidus de pesticides est chargé de :

 

mettre en place un système d'information permettant la mutualisation des informations contenues dans les différentes bases de données et permettant notamment le calcul des indicateurs de pression du plan Ecophyto 2018 (NODU et QSA),

 

coordonner la définition et le renseignement des premiers indicateurs de risques.

 

 

Plan National Santé Environnement 2004-2008

 

Le Plan national santé environnement vise à répondre aux interrogations des Français sur les conséquences sanitaires à court et moyen terme de l’exposition à certaines pollutions de leur environnement. Pour la première fois dans l’histoire de la santé environnementale en France, l’ensemble de l’expertise publique française dans ce champ a été réuni au sein d’une commission d’orientation pour bâtir un diagnostic de l’état des risques sanitaires liés à l’environnement dans notre pays. L’ensemble du Gouvernement et particulièrement les ministères chargés de la santé, de l’environnement, du travail et de la recherche ont mis en commun leurs compétences, sur la base du diagnostic des experts, pour identifier et concevoir les principales actions à mettre en œuvre entre 2004 et 2008 afin d’améliorer la santé des Français en lien avec la qualité de leur environnement, dans une perspective de développement durable. Ces actions constituent le PNSE 2004-2008. C’est une première étape qui appelle un suivi et une mise à jour au vu de l’évolution des connaissances. Elle appelle aussi une appropriation des actions par chacun d’entre nous. Mais c’est une étape fondatrice qui marque un tournant dans la lutte contre les pollutions ayant un impact sanitaire.

 

L'Observatoire des Résidus de Pesticides s'inscrit dans les Action 36 (Organiser l’exploitation des données existantes pour estimer l’exposition de la population aux pesticides) et Action 40 ( Animer un réseau de veille en santé-environnement en appui aux politiques de prévention et précaution) de ce plan. Il doit permettre de rassembler, analyser et valoriser les informations sur la présence des pesticides dans différents milieux afin de caractériser l’exposition aux pesticides de la population et des écosystèmes et afin d’améliorer l’information du public, de coordonner les plans de surveillance des administrations, et de faciliter l’évaluation des risques et la recherche scientifique dans le domaine sanitaire.

 

Consultez le PNSE 2004-2008

 


Plan National ECOPHYTO 2018

 

Le ministre de l’agriculture et de la pêche a présenté, le mercredi 10 septembre au conseil des ministres, une communication sur le plan pour la réduction des produits phytosanitaires.

 

L’impact des produits phytosanitaires sur la santé humaine, celle des agriculteurs comme celle des consommateurs, ainsi que sur l’environnement est au coeur des préoccupations des citoyens.

 

A la suite du Grenelle de l’environnement, le Président de la République a confié au ministre de l’agriculture et de la pêche l’élaboration d’un plan de réduction de 50% de l’usage des pesticides, si possible dans un délai de dix ans. Ce plan, appelé « Ecophyto 2018 », a été élaboré en concertation avec les représentants des utilisateurs, des fabricants, des élus, des scientifiques et des ONG. Il vise à réduire la dépendance des exploitations agricoles aux pesticides tout en maintenant un niveau de production agricole élevé. 

 

Il prévoit notamment :

 
de diffuser le plus largement possible auprès des agriculteurs les pratiques agricoles, économes en produits phytosanitaires ;

 
d’accélérer la recherche agronomique sur ces cultures et d’en communiquer les résultats au plus grand nombre ;

 
de s’assurer de la compétence de l’ensemble des acteurs de la chaîne : distributeurs, conseillers et utilisateurs de produits phytosanitaires ;

 

d’améliorer l’information des agriculteurs en temps réel sur la présence des maladies et ravageurs des cultures pour mieux cibler les traitements.

 

 

 

Un réseau de 3000 fermes pilotes sera créé. Un dispositif d’épidémiosurveillance informatisé permettra de mutualiser les observations phytosanitaires réalisées par tous les acteurs de terrain. Un indicateur de suivi sera mis en place dès 2008 pour vérifier la diminution effective de l’utilisation des pesticides non seulement dans le secteur agricole mais aussi en zone non agricole. 

 

Le plan s’accompagne par ailleurs du retrait du marché des préparations contenant les 53 substances actives les plus préoccupantes dont 30, correspondant à plus de 1500 préparations commerciales, avant fin 2008.

 

 

   

Retrouvez toutes les informations sur ce plan sur le site du ministère de l´agriculture 

Télécharger le plan ECOPHYTO 2018