CHERCHER >>
 

   
 
> Les données / Les chiffres du marché / Le marché français
Le marché français

En France, les chiffres des ventes de produits phytopharmaceutiques destinés à l'agriculture sont publiés par l’Union des industries pour la protection des plantes (UIPP). Il s’agit d’une organisation professionnelle, créée en 1918, qui regroupe 19 entreprises, ce qui représente environ 95% du chiffre d'affaire de ce secteur. Les données sont très globales, il s’agit des chiffres à l’échelle nationale mais aucune information par matière active n’est disponible, tout au plus des données agrégées par grandes familles : herbicides/fongicides/insecticides ; ainsi que la distinction entre les produits de synthèses et les produits minéraux (soufre et cuivre).


En 2008, les ventes de produits phytosanitaires atteignent 2,079 milliards d’euros (78 600 tonnes de matières actives), affichant une croissance de 14 %, consécutive à celle de 6 % en 2007. Les ventes de fongicides ont augmenté de 17 %. Les ventes d’herbicides ont progressé de 16 %. Tandis que les ventes d’insecticides sont en retrait de 23 %. 


La France, par la consommation rapportée au nombre d'hectares cultivés (hors prairies permanentes), occupe le 3e rang européen avec 5,4 kg/ha/an.


L’évolution des tonnages annuels montre une diminution globale de l’utilisation des pesticides depuis le début des années 2000, malgré les augmentations observées en 2007 et 2008, puisque l’on passe de près de 100 000 tonnes à 78 900 tonnes par an entre 2001 et 2008. Cette tendance doit tout de même être interprétée avec précaution, en effet i) la forte diminution des usages de soufre et de cuivre  (-40%) a beaucoup pesé sur la balance compte-tenu de leur part dans la consommation totale ii) l’interdiction d’usage de molécules appliquées à de fortes quantités par hectare et la réduction des doses appliquées ont également contribué à cette observation et iii) l’apparition de nouvelles molécules actives à de très faibles doses hectare également ; mais il ne faut pas oublier iv) les différentes mesures mises en œuvre visant à réduire les usages.

 

Il faut également noter que les chiffres des années 2007 et 2008, sont marqués par i) l’augmentation des surfaces cultivées ; la remise en culture des jachères a généré un accroissement des emblavements en céréales de l’ordre de 4 % et ii) Les conditions climatiques exceptionnelles des deux dernières années ont, d’un côté, provoqué une pression du mildiou historique par son intensité et sa durée sur les pommes de terre et le vignoble français, et de l’autre, une présence d’insectes et d’acariens nuisibles à la production bien inférieure à la moyenne (pour l’année 2008).

 


 Evolution du marché français des pesticides

 

Source UIPP